pépite-france-transfert-international-dispositif-pépite 

 

Belgique, Maroc, Tunisie, Liban, ... Voilà le début de la liste des pays dans lesquels le Statut National Etudiant-Entrepreneur commence à s'exporter ! Il a été présenté à la Bulgarie (2015 & 2018) et au Canada (2016), à la Hongrie (2017), au Sénégal et à différents pays africains en décembre 2017 (lors d’un congrès de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation) et à la Côte d’Ivoire (février 2018).

 

BELGIQUE

 

Pépite France a transféré le dispositif des PEPITE (Pôles Etudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat) et le Statut National Etudiant-Entrepreneur à la Région de Wallonie pour les établissements de six sites d’enseignement supérieur.

Par ailleurs, le Conseil des Ministres de la Belgique a approuvé la création d'un statut juridique Etudiant-Entrepreneur, entré en vigueur le 1er janvier 2017. Ce statut est destiné aux moins de 25 ans, qui sont inscrits à des cours dans un établissement d’enseignement en vue d’obtenir un diplôme reconnu par une autorité compétente en Belgique.

Le but de ce statut ? Motiver l'esprit d'entreprendre chez les jeunes Belges avec une fiscalité attractive !

 

LIBAN

 

Pépite France transfère le dispositif PEPITE avec le Statut National Etudiant-Entrepreneur au Liban. Ce transfert est coordonné par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie). Il associe 13 universités libanaises publiques et privées avec le soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de fonds privés. Deux réunions ont été organisées à Beyrouth avec Pépite France (janvier et octobre 2017) pour une mise en œuvre dès septembre 2018. En savoir plus

 

MAROC & TUNISIE

 pépite-france-international-dispositif-saleem-pépite

Pépite France transfère le dispositif PEPITE avec le Statut National Etudiant-Entrepreneur au Maroc et en Tunisie dans le cadre d’un financement européen Erasmus++ coordonné par l’AUF associant la Belgique et la Roumanie. Ce projet s’intitule SALEEM, Structuration de l’Accompagnement de L’Entrepreneuriat Etudiant au Maghreb. Il a officiellement débuté en décembre 2017 avec un comité de pilotage à Rabat et dure jusqu’à fin 2020.

L’objectif de SALEEM est de favoriser l’entrepreneuriat étudiant par la mise en place, au sein des systèmes d’enseignement supérieur, de créer un label officiel et des pôles d’accompagnement pour les étudiants entrepreneurs.

 

Actuellement le consortium dont Pépite France est membre :

  • Accompagne les ministères de l’enseignement supérieur de la Tunisie et du Maroc dans la mise en place d’un dispositif national sur l’entrepreneuriat étudiant ;
  • Renforce la capacité des établissements d’enseignement supérieur dans l’accompagnement des étudiants-entrepreneurs de quatre villes pilotes (Rabat, Casablanca, Tunis-Carthage et Sfax) en partenariat avec les agences d’emploi et les acteurs économiques.

Il existe plusieurs initiatives d’appui à l’entrepreneuriat au Maroc et en Tunisie, mais celles-ci ne sont pas articulées, ni spécifiquement adaptées aux besoins d’un public étudiant. L’idée centrale du projet est donc de mettre en place au sein des systèmes d’enseignement supérieur de ces deux pays un statut officiel pour les étudiants-entrepreneurs, qui permet aux étudiants d’intégrer leur projet de création d’entreprise dans leur parcours universitaire.

Le projet vise également la création des pôle d’accompagnement à la création d’entreprise en s’inspirant des meilleures pratiques développées en France, notamment Pépite France (le réseau des 31 Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneur), en Belgique et en Roumanie .

L’AUF coordonne le projet SALEEM co-financé par l’Union européenne via le Programme Erasmus+ (EACEA – Agence exécutive « Éducation, audiovisuel et culture »).

 

Les membres du consortium sont :

 

 

Pour en savoir plus : www.projet-saleem.org

 

 

Le soutien apporté par la Commission européenne à la production de la présente publication ne vaut en rien approbation de son contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs ; la Commission ne peut être tenue responsable d’une quelconque utilisation qui serait faite des informations contenues dans la présente publication